Paste your Google Webmaster Tools verification code here

Objets connectés

Microsoft HoloLens : présentation et premiers tests

on


Hier, lors de la conférence Microsoft , la présentation du nouveau Windows 10 s’est fait voler la vedette par le tout nouveau produit révolutionnaire de la marque nommé HoloLens.

A première vue, nous nous demandons si le dernier-né de Microsoft est une déclinaison des Google Glass ou du casque de réalité virtuelle Oculus Rift. Mais non, l’HoloLens est différent puisqu’il est un système de représentation holographique où des éléments 3D sont superposés à l’environnement réel ! Pour mieux comprendre l’utilité d’une telle technologie, je vous invite à regarder la vidéo suivante.

Prise en main

Si comme moi vous avez eu des étoiles dans les yeux (et la bave au bord des lèvres) après visionnage de cette présentation, vous vous êtes sûrement demandé si l’HoloLens fonctionne aussi bien que dans la vidéo. Voici donc une traduction de la prise en main de Jessi Hempel, journaliste chez Wired qui a eu le privilège de tester un prototype de l’HoloLens dans les bureaux de Microsoft. Elle le décrit : « Oh Baraboo (ndlr : nom de code du projet Hololens) ! Il est plus volumineux et plus substantiel que les Google Glass mais bien moins carré que l’Oculus Rift. Si j’étais joueuse, je dirais que cela s’apparente aux lunettes que réalise Magic Leap, la mystérieuse start-up de réalité augmentée soutenue par les 592 millions de dollars de Google. Mais Magic Leap n’est pas encore prête à dévoiler son produit tandis que Microsoft prévoit déjà de proposer l’HoloLens aux développeurs dès le printemps prochain. »

« Le prototype de Kipman (ndlr : créateur de l’HoloLens) est incroyable. Il amplifie les super pouvoirs que Kinect avait introduits en limitant  son utilisation à une infime fraction de mouvement. Le champ de vision de la caméra est de 120 degrés par 120 degrés – bien plus que le premier Kinect – et peut donc lire le mouvement des mains même si ces dernières ne sont pas entièrement étendues (ndlr : devant l’HoloLens). A chaque seconde, les capteurs embarqués inondent l’appareil avec des terabytes de données qui sont traités par un CPU, un GPU ainsi qu’un HPU (pour Holographic Process Unit), premier dans son genre. Kipman m’explique que l’ordinateur ne chauffe pas sur la tête du porteur puisque l’air chaud s’échappe par les ventilations disposées sur les côtés. Sur la tranche droite, des boutons permettent d’ajuster le volume et de contrôler le contraste de l’hologramme. »

La technologie utilisée

Kimpan explique que ses sept années de travail sur le projet furent consacrés à l’affichage d’hologrammes réalistes. Pour obtenir ce résultat il faut faire croire à notre cerveau qu’il perçoit la lumière affichée comme de la matière. Ainsi, pour créer les images de l’HoloLens, des particules de lumière rebondissent des millions de fois dans le « light engine » du casque. Ensuite, les photons sont diffusés dans les deux lentilles de l’HoloLens où ils ricochent sur des couches de verre bleues, rouges et vertes avant d’atteindre nos yeux.

Allumage et premiers tests

Pour son premier test la journaliste de Wired est amenée dans une pièce sombre dans laquelle l’interrupteur pour la lumière est manquant. Les fils dépassent du mur et des outils sont à sa disposition. Après avoir mis le casque prototype, une fenêtre de vidéo-conférence avec un électricien s’affiche. A travers la caméra de l’HoloLens, le technicien peut alors voir ce que Jessi fait afin de la guider pas à pas dans l’installation de l’interrupteur. Pour cela, il lui dessine des cercles et des flèches en hologrammes autour des outils et pièces qu’elle doit utiliser. En moins de cinq minutes et sans connaissances en installation électrique, Jessi réussit à installer l’interrupteur et rétablit la lumière dans la pièce.

Pour le second test, l’HoloLens transforme la pièce où se trouve la journaliste en panorama de la planète Mars. Elle décrit « le sol est craquelé, poussiéreux, sableux et tellement réaliste qu’à chacun de mes pas mes jambes frémissent. Elles ne font pas confiance à ce que mes yeux leur montrent. »

La journaliste teste ensuite les autres applications que l’on peut voir dans la vidéo de présentation :

  • un jeu dans lequel on dirige un personnage devant collecter des pièces dans un niveau constitué par l’environnement du porteur (les meubles, un canapé, etc…).
  • un utilitaire de dessin 3D qui couplé à une imprimante 3D, permettrait de créer physiquement ses créations.
  • la réalisation d’un garde-boue de moto en collaboration avec un designer situé en Espagne via Skype.

Selon la journaliste, toutes ces applications furent très agréables à utiliser et aucun bug n’est survenu.

Ce premier test positif d’une version prototype de l’HoloLens nous rend très optimistes sur la révolution que va apporter ce casque. De plus nous espérons qu’une version finale sortira en 2015, soit avant la version commerciale des Google Glass ou de l’Oculus Rift.

Source

Commentaires

commentaires

About Thomas Graindorge

Fan de nouvelles technologies, je suis co-fondateur du site After the Web. N'hésitez pas à me contacter pour devenir à votre tour rédacteur sur le site.

Recommended for you

You must be logged in to post a comment Login