Paste your Google Webmaster Tools verification code here

Internet des objets

Rencontre : Alexander Damisch de Wind River nous partage sa vision de l’IoT

on


Alexander Damisch, directeur de la stratégie Internet of Things de Wind River, nous a accordé une interview lors de la World Smart Week 2014.

Présentation de Wind River

Créé en 1981, Wind River est une société Californienne spécialisée dans les systèmes embarqués connectés. En 2009, Intel acquiert Wind River pour 884 millions de dollars mais Wind River continue à garder son autonomie tout en participant au programme d’Intel sur l’Internet des Objets. Wind River fait partie de l’Industrial Internet Consortium et de l’Open Interconnect Consortium, tous deux fondés par Intel et par d’autres géants de l’informatique. Proposant ses services pour des secteurs variés tels que l’industrie, la mobilité et l’aérospatiale, Wind River est reconnu comme le leader des technologies embarquées. Depuis quelques années, Wind River se positionne sur le marché de l’IoT (Internet of Things).

Aujourd’hui, la technologie est-elle prête pour l’IoT ?

Alexander Damisch explique que la technologie ne cesse d’évoluer et que son coût continue à diminuer. En effet, le prix du hardware a chuté, tout comme celui de la connectivité et du stockage. Cette réduction des coûts nous offre la possibilité de multiplier les capteurs connectés, d’envoyer les données sur le Cloud et de les analyser en quasi temps-réel. L’Internet des Objets est donc techniquement possible. Toutefois, Alexander Damisch nous rappelle que l’IoT n’est pas un simple produit mais un écosystème dont certaines problématiques sont encore loin d’être résolues.

Et en terme de marché ?

Du côté des consommateurs, Alexander Damisch nous explique avec humour qu’il observe toujours les usages technologiques de sa femme pour se faire une idée des habitudes du grand public. Bien que le nombre d’objets connectés disponibles soit croissant, il ne croit pas que le marché des particuliers soit mûr pour l’Internet des Objets, mais il suit avec excitation les initiatives de Google – avec Nest et Android Wear – et d’Apple – avec iHealth et l’Apple Watch.

Chez les professionnels, des géants du numérique commencent à développer leurs solutions. Ce sont eux qui vont définir les futures normes de l’IoT.

La stratégie de Wind River est de viser l’industrie ainsi que des marchés comme l’aéronautique, la défense, la mobilité et les telecoms – et la société californienne travaille actuellement avec des grandes entreprises qui cherchent à réduire leurs coûts de production et à améliorer leurs services.

Quels sont les difficultés que rencontre l’IoT ?

Au-delà de la sécurité des données, Alexander Damisch constate un obstacle majeur pour l’IoT : l’intégration des différents objets dans un même écosystème. Actuellement, il existe trop d’interfaces de programmation différentes pour que tous les objets puissent librement communiquer entre eux. C’est pourquoi, des consortiums de standardisations se créent afin de définir les normes de communication des objets. Alexander Damisch espère que tous les acteurs du marché vont rapidement se réunir autour d’une unique norme car « nous faisons tous partie du même jeu. Alors jouons ensemble car  l’IoT est une énorme opportunité pour nous tous. »

Quelle est votre vision de l’Internet des Objets en 2020 ?

Selon le directeur de la stratégie IoT de Wind River, il est compliqué d’avoir une vision claire des nouveaux usages que vont apporter les objets connectés. Toutefois, il espère que cette technologie nous aidera à améliorer notre quotidien, non pas en surveillant nos actions et en revendant nos données, mais plutôt en optimisant notre consommation énergétique, en aidant les moins fortunés et supprimant les emplois dangereux. Avec l’IoT « nous pouvons faire les choses de manière plus précise et surtout de manière plus intelligente ».

 

Propos recueillis par Thomas Graindorge et Guillaume Leboucher

 

Commentaires

commentaires

About Thomas Graindorge

Fan de nouvelles technologies, je suis co-fondateur du site After the Web. N'hésitez pas à me contacter pour devenir à votre tour rédacteur sur le site.

Recommended for you

You must be logged in to post a comment Login